Recherche dans le blog

Le chaga : un champignon médicinal immunostimulant très antioxydant

Catégories : Détente et sommeil , Immunité et défenses naturelles , Naturopathie et Bionutrition , Vitalité, Tonus & Energie
star
star
star
star
star

Le chaga : un champignon médicinal immunostimulant très antioxydant venu du froid

  1. Origine sibérienne du chaga

Le chaga, aussi appelé polypore oblique, a pour dénomination scientifique Inonotus obliquus. Son nom commun est issu du russe « чага » qui signifie « champignon ». 

Le chaga appartient à l’ordre des Hyménochétacées qui regroupe une centaine d’espèces de champignons dont certains sont médicinaux comme le Phellinus linteus.

Au premier abord, le chaga est un champignon esthétiquement peu séduisant. Parasite des bouleaux (voir ormes, hêtres, merisier) sur lesquels il se développe comme parasite, il prend une allure de bois carbonisé. Dépourvu de pied, il n’a pas vraiment de forme : il suit le mouvement et les irrégularités du tronc de l’arbre. Dans les forêts, il apparaît comme une masse brune, arrondie, sèche et coriace pouvant atteindre 38 cm de large. Il est de couleur ocre brune à l'intérieur alors qu'il est marron noir en extérieur.

En été et en automne, le chaga pousse à plusieurs mètres de hauteur, directement sur les troncs des arbres vivants. On le retrouve essentiellement sur les bouleaux bien qu’il puisse aussi pousser sur les aulnes, les hêtres et autres espèces d’arbres feuillus. Pour les parasiter, le champignon chaga profite des blessures non cicatrisées. Il s’immisce alors à l’intérieur du bois et se nourrit des nutriments de l’arbre.

Son développement peut prendre de 20 à 30 ans à l’intérieur du tronc puis entre 3 et 10 ans à l’extérieur. C’est à ce moment qu’il est recommandé d’en recueillir des parties. Le Chaga accompagne le bouleau jusqu’à sa mort.  On réalise ainsi que son temps de formation est très long et que cette ressource de la nature reste rare, peu durable et doit être récolté respectueusement et avec parcimonie.

Le chaga est capable de résister à des conditions climatiques extrêmes et notamment au froid (jusqu’à -40°C). C’est pourquoi il pousse principalement en Russie, au Canada, en Europe du Nord et dans les régions froides de Corée et des États-Unis.

chaga champignon pour l'immunité

Mais le chaga n’est pas seulement une curiosité d’un point de vue botanique. Sous son allure de bois brûlé se cachent des propriétés médicinales exceptionnelles. Le champignon était notamment utilisé par les peuples autochtones du nord de l’Europe et de la Russie, comme les Khanty, pour traiter divers problèmes de santé.

Les premières mentions vérifiables de Chaga datent en fait du XVIe siècle et proviennent de Russie. A cette période, le chaga (en combinaison avec d'autres herbes) était utilisé pour le traitement des ulcères gastriques et duodénaux et de la gastrite.

Le « thé Chaga » était utilisé pour le traitement des maux d'estomac et des douleurs intestinales. Une telle décoction était (et est toujours) particulièrement appréciée des chasseurs et des forestiers, car cette boisson soulage la faim, élimine la fatigue, rafraîchit et augmente la capacité de travail. Le thé Chaga est également utilisé comme moyen d'améliorer le tonus général.

  1. Vertus nombreuses du chaga

Les bienfaits du chaga sont aussi large que importants en performance :

  • Le chaga renforce le système immunitaire

Différents composants du chaga ont une action bénéfique sur le système immunitaire. C’est notamment le cas des bêta-glucanes, des polysaccharides également présents dans d’autres champignons médicinaux comme le shiitaké (Lentinula Edodes).

Ces longues molécules de sucre sont connues pour stimuler le système immunitaire en favorisant le développement de leucocytes (ou globules blancs) dont les lymphocytes T, les cellules tueuses naturelles de l’organisme. Les bêta-glucanes du chaga activent également l’interleukine-6 (IL-6), une cytokine qui favorise la production d’anticorps chargés de détecter et de neutraliser les agents pathogènes.

Il contient aussi de nombreuses vitamines qui renforcent le système immunitaire. Il est notamment une excellente source de vitamine D (calciférol) qui stimule les défenses et module la réponse immunitaire. Enfin, le zinc, le cuivre et le sélénium sont autant de minéraux et d’oligo-éléments du chaga qui contribuent au bon fonctionnement de l’immunité.

Cette étude de l’université nationale de Jeju en Corée du Sud, menée sur des poissons, montre qu’une supplémentation en chaga améliore le système immunitaire et confère une meilleure résistance aux maladies.

Plusieurs chercheurs ont relevé des propriétés anti-tumorales du chaga dans le cas d’hépatome (cancer primitif du foie), de leucémie, de carcinome du côlon ou des cervicales. La  concentration optimale d’extrait de polysaccharides serait de 150 mg / ml pour une action anti-tumorale. 

Les bêta-glucanes issus du chaga peuvent également normaliser un système immunitaire hyperactif (cause d'allergies et de nombreuses maladies auto-immunes, par exemple le lupus et le psoriasis) - cela peut être comparé au verrouillage des récepteurs qui sont ouverts sans raison, ne les rouvrant qu'en cas de besoin . Cet effet bidirectionnel est appelé « modulant » et il est exceptionnellement puissant d'un point de vue thérapeutique.

  • Le chaga est une source d’antioxydants

Le chaga possède une puissante action contre les radicaux libres. Et pour cause : il est constitué à 25% d’actifs antioxydants ! Parmi eux, on retrouve des pigments comme la mélanine.

La mélanine, qui est responsable de la couleur charbonnée du chaga, est une macromolécule naturellement présente dans le corps humain. Si elle est principalement connue pour protéger notre peau des rayons UV, la mélanine est aussi impliquée dans la lutte contre les radicaux libres. Elle empêche notamment les dommages au niveau de l’ADN des cellules.

Son action antioxydante est aussi due à la présence d’une enzyme : la superoxyde dismutase ou SOD. Composante essentielle du mécanisme d’élimination des radicaux libres, elle exerce une activité de piégeage et aide à lutter contre le vieillissement de l’organisme. Elle est malheureusement partiellement détruite par l'acide chlorhydrique lors de l’ingestion stomacale. 

D’autre part, une décoction à chaud de chaga comparée à d’autres champignons présente la plus forte activité antioxydante. Cette activité serait le fait de 7 composants phénoliques dont 3 sont également antibactériens.

Ainsi, sa consommation est intéressante dans les cas de stress oxydatif, tel que dans l’intestin irritable, la maladie de Crohn ou des ulcères coliques.

Les lymphocytes extraits de patients souffrant de côlon inflammatoire ont vu leur ADN protégé de l’oxydation (-54.9% du taux de dommage dû au stress oxydatif) après mise en contact avec l’extrait de chaga.

L’indice ORAC (Oxygen Radical Absorbance Capacity), qui définit la capacité antioxydante des aliments, a classé le chaga premier de la liste mais de nouvelles études cherchent à confirmer ceci.

Une étude de l’université nationale de Séoul, menée sur des lignées cellulaires de kératinocytes humains, montre la capacité de piégeage du chaga et son efficacité pour protéger les cellules contre le stress oxydatif.

Par son action antioxydante, le chaga aurait des intérêts dans le traitement de l’hyperglycémie. 

  •  Actions anti-inflammatoires du chaga

Le chaga est aussi un puissant anti-inflammatoire naturel. Il s’avère particulièrement intéressant pour soulager les maladies des articulations liées à une inflammation comme l’arthrite et l’arthrose.

Cette action est principalement due à sa teneur en interleukine-6 (IL-6). En plus de renforcer le système immunitaire, cette cytokine contrôle et module la réponse inflammatoire. Elle inhibe également l’expression d’iNOS (Oxyde nitrique synthase) et de COX-2 (cyclooxygénase), permettant ainsi la diminution de l’activité des médiateurs chimiques de l’inflammation.

Les vitamines et minéraux présents dans le chaga contribuent eux aussi à la réduction de l’inflammation. La vitamine K, par exemple, aide à abaisser les marqueurs inflammatoires. Le magnésium, quant à lui, est un allié contre l’inflammation chronique. Cette étude de la Kyung-Hee University à Séoul, menée sur des rats, montre les propriétés anti-inflammatoires et anti-nociceptives (sensibilité à la douleur) du chaga.

  • Soutient le système digestif et gastrique avec le chaga

Le chaga est un champignon reconnu pour ses bienfaits sur le système digestif. Sa teneur en fibres et ses propriétés anti-inflammatoires soutiennent son bon fonctionnement. Il réduit les inflammations de l’intestin en cas de colites ulcéreuses ou d’ulcères gastriques. Il peut également prévenir les problèmes de digestion, de gastrite et même de constipation…

Les propriétés anti-ulcère et anti-gastrite du chaga sont utilisées depuis des siècles dans la médecine traditionnelle chinoise, coréenne et russe. Le chaga était souvent utilisé pour traiter la gastrite et les problèmes gastro-intestinaux connexes. Le soutien immunitaire du chaga joue ici un rôle important, à la fois dans le traitement et la prévention de ces problèmes, mais l'acide bétulinique et les phytostérols présents dans le chaga jouent également un rôle important. La plupart des ulcères sont causés par des bactéries telles que Helicobacter pylori. Un système immunitaire qui fonctionne bien sera capable de faire face à cet agent pathogène.

Il est aussi bénéfique pour le foie et la vésicule biliaire. Il favorise notamment la production de bile, essentielle à la digestion des aliments, et protège le foie de l’oxydation des lipides. Enfin, les bêta-glucanes stimulent les bonnes bactéries dans les intestins, agissant ainsi comme des prébiotiques.

Une étude menée par différentes universités coréennes sur des rats, montre l’activité hépatoprotectrice de l’extrait de chaga qui peut être complété par de l’extrait de chardon marie ou de l’extrait de pissenlit (association avec Hépadrel Naturège).

  1. Usages du chaga

Superaliment, le chaga ajoute une saveur nouvelle à votre catalogue des goûts. Sa rondeur en bouche, son goût suave en font un aliment plaisir outre ses bienfaits thérapeutiques puissants.

Le champignon chaga est connu dans les médecines traditionnelles russe et asiatique. Le chaga est un champignon réputé pour renforcer l’immunité grâce aux nombreux nutriments qu’il contient et son action antioxydante puissante. 

  1. Principes actifs du chaga

  • Acide bétulinique,
  • Bétuline,
  • Triterpènes : inotodiol, lanostrérol, ergostérol,
  • flavonoïdes,
  • polyphénols, 
  • superoxyde dismutase (SOD)
  • béta-D-glucanes
  • pigments (mélanine)

Autres composants :

  • Acides aminés,
  • Vitamines : B1, B2, B3, B5, D, K,
  • Minéraux et oligo-éléments : magnésium, potassium, manganèse, germanium, phosphore, silicium, cuivre, argent, zinc, fer, sélénium…
  • Alcaloïdes,
  • Saponines,
  • Acides organiques : acide acétique, acide butyrique, acide oxalique,
  • Fibres,
  • Protéines,
  • Tanins,
  • Lectines,
  • Glucides.

Les phytostérols sont de puissants ingrédients thérapeutiques; des phytostérols présents dans le Chaga, 45 % sont du lanostérol, 25 % de l'inotodiol et les 30 % restants sont constitués d'ergostérol, de fécostérol et de plusieurs autres. Des recherches in vivo et in vitro ont montré un effet anticancéreux direct du lanostérol et de l'inotodiol. Le lanostérol a également un effet antiviral.

La bétuline et l'acide bétulinique sont deux composants uniques au champignon Chaga - il les dérives des bouleaux sur lesquels il pousse. La bétuline et l'acide bétulinique sont de puissants agents thérapeutiques (triterpènes) qui font actuellement l'objet de recherches pour leur action anti-virale (anti-VIH) et leur action anticancéreuse.

  1. Quantité, durée à consommer et mode de consommation du chaga en poudre

Le chaga n’est pas consommable dans son état naturel. Sa paroi est composée de chitine qui lui confère sa dureté et son indigestibilité. Il est nécessaire de faire une longue infusion.

10 g / litre d’eau avec un temps d’infusion à 80°C durant 1 heure. (attention ne pas faire bouillir). La meilleure solution : laissez infuser la nuit. Votre boisson est prête le lendemain matin.

Vous pouvez faire infuser votre chaga 5 minutes dans de l’eau très chaude si vous êtes pressé (ne pas le faire bouillir, une eau à peine frémissante est idéale).

  • 1 cuillère à café par tasse.

Cependant pour en extraire un maximum de bienfaits nous vous conseillons de faire infuser le chaga 1 heure au minimum.

Filtrez si vous le souhaitez, servir et déguster.

S’il vous reste de l’infusion de Chaga, ne la jetez pas. Conservez l’excédent au réfrigérateur. La boisson peut être consommée autant froide que chaude, il n’est donc pas nécessaire de la réchauffer avant de la boire.

  1. Associer le chaga avec des compléments alimentaires

Le chaga contenant des fortes concentrations de bioactifs peut être associé à d’autres champignons médicinaux tels que le le maitaké, le shiitaké pour renforcer son action immunitaire et régénérative (Vitaké Naturège).

De la vitamine C naturelle (Acérol’actif Naturège) peut aussi le compléter pour optimiser l’assimilation de ses composants bio-actifs.

Actuellement en vogue dans nos contrées, on l’utilise comme un super aliment, on l’ingère en poudre, dans un jus frais, dans un smoothie voir une compote ou yaourt. Beaucoup l'intègrent aussi dans leur thé ou tisane.

  1. Informations sur le chaga

  • Ingrédients :

100% Chaga Bio* pure poudre de carpophore de champignon (lnonotus obliquus)

2 cuillères à café de Chaga Bio (carpophore en poudre) par jour soit 8 g

  • Conseil d’utilisation du chaga : 

1 à 2 cuillère(s) à café par jour à diluer dans un grand verre d’eau (200 ml)

  • Qualité du chaga :

La poudre de chaga 100% pure et naturelle est certifiée issue de l' agriculture biologique.

Les analyses bactériologiques sont conformes et récurrentes.

Notre matière première à fait l’objet d’analyses de métaux lourds et de radioactivité et les seuils sont conformes à la qualité sanitaire optimale.

  • Précautions d’emploi du chaga ?

A haute dose, le chaga n’est pas recommandé longtemps car il peut fatiguer les reins en raison de sa concentration en acide oxalique et sa prise doit être surveillée en cas de consommation d‘anti-coagulants, hypoglycémiants et d'immunosuppresseurs.




ATTENTION :

Les informations de cette fiche ne peuvent en aucun cas engager notre responsabilité, quant à une utilisation à mauvais escient ou erronée, de même ces informations ne pourront être considérées comme une quelconque prescription thérapeutique ou médicale et ne peuvent en aucun cas remplacer une consultation auprès d'un professionnel de la santé.

Veuillez vous connecter pour noter cet article

Articles en relation

Partager ce contenu